Silence

7 Jan, 2012 par

Silence

Le problème n’est pas que l’on a trop révélé, mais que chacune de ces révélations a trouvé son sponsor, son PDG, son chèque mensuel, ses clones de Judas & ses remplaçants.

 Tu ne peux pas tomber malade à cause d’un trop-plein de connaissances – mais tu peux souffrir de la virtualisation de la connaissance, de son aliénation & de son remplacement par un sombre crétin ennuyeux ou un simulacre – la même « donnée », oui, mais désormais crevée – comme des légumes de grande surface – aucune « aura ».

 Notre malaise  (ce 1er janvier 1992) naît de ceci : nous n’entendons pas le langage, mais l’écho, ou plutôt la reproduction ad infinitum du langage, son reflet sans une série de reflets de lui-même, toujours plus auto-référent & corrompu. Les perspectives vertigineuses de ce paysage informatif de réalité virtuelle nous rendent nauséeux, car elles ne contiennent aucun espace caché, aucune opacité de choix.

 Un accès sans limites à la connaissance qui échoue à interagir avec le corps ou avec l’imagination – en fait l’idéal manichéen de la pensée désincarnée & sans âme – la politique/les médias modernes comme pures mises en œuvre gnostiques, les inesthétiques ruminations des Archontes & des Eons, le suicide des Elus…

 L’organique est secretif – il sécrète du secret comme de la sève. L’inorganique est une démocratie démonique – tout est égal, mais également sans valeur. Nul don, mais des marchandises. Les manichéens ont inventé l’usure. La connaissance peut agir comme une forme de poison, ainsi que l’a souligné Nietzsche.

 Au sein de l’organique (la « Nature », la « vie de tous les jours ») est enchâssée une forme de silence qui n’est pas simplement du mutisme, une opacité qui n’est pas de la pure ignorance – un secret qui est aussi une affirmation – un tact qui sait comment agir, comment changer les choses, comment respirer au milieu d’elles.

 Pas une « nuée d’ignorance » – pas un « mysticisme » – nous n’avons nul désir de nous resservir à nouveau cette triste excuse obscurantiste du fascisme – néanmoins, nous pourrions invoquer une forme de sens taoïste de l’« ainsité des choses » – « une fleur ne parle pas », & ce ne sont certes pas les organes génitaux qui nous confère le logos (en y repensant, peut-être que ce n’est pas tout à fait vrai ; après tout, le mythe nous offre l’archétype de Priape, un pénis parlant). Un occultiste demanderait comment « travailler » ce silence – nous demanderions plutôt comment jouer avec, comme un musicien, ou comme l’enfant enjoué d’Héraclite (*).

 Une mauvaise humeur où chaque jour est identique. Quand est-ce que ça péter ? Dur de croire au retour du Carnaval, des Saturnales. Le temps s’est peut-être arrêté en ce Plérôme, dans ce pays de rêve gnostique où nos corps pourrissent, mais où nos « esprits » sont téléchargés dans l’éternité ? Nous savons tant – comment se pourrait-il que nous ne connaissions pas la réponse à cette question vexante au plus haut point ?

 Parce que la réponse (comme dans le « Harpocrate » d’Odilon Redon) ne peut être donnée par le langage de la reproduction, mais dans celui du geste, du toucher, de l’odorat, de la chasse. En fin de compte la virtu (**) est infranchissable – manger & boire c’est manger & boire – l’inculte paresseux laboure un sillon tortueux. Le Monde Merveilleux de la Connaissance s’est transformé en une forme de Communiqué Spécial de l’Enfer. Je veux de la vraie boue dans mon ruisseau, du véritable cresson. Mais, les indigènes ne sont pas seulement maussades, ils sont taciturnes – éhontément non communicatifs. Très bien gringo, nous en avons marre de tes sondages, tests & questionnaires puants. Il y a certaines choses que les bureaucrates ne sont pas censés connaître – & donc il y a des choses que même les artistes doivent garder secrètes. Ce n’est pas de l’auto-censure ni de l’auto-ignorance. C’est du tact cosmique. C’est notre hommage à l’organique, à son cours irrégulier, à ses contre-courants & à ses tourbillons, à ses marécages & ses cachettes. Si l’art est un « travail » alors il deviendra connaissance & finira par perdre, en fin de compte, son pouvoir rédempteur & même son goût. Mais si l’art est un « jeu », alors tout à la fois il préservera & racontera des secrets qui resteront des secrets. Les secrets doivent se partager, comme des sécrétions de la Nature.

 La Connaissance est-elle mauvaise ? Nous ne sommes pas des reflets de manichéens – nous comptons sur la dialectique afin de péter quelques briques. Certains savoirs sont dadata, d’autres commodata (***). Certains savoirs sont sagesse – d’autres de simples excuses pour ne rien faire, ne rien désirer. Le pur savoir universitaire, par exemple, ou la connaissabilité des nihilistes postmodernistes, sombre dans le royaume du Non-Mort – & du Non-Né. Certains savoirs respirent – d’autres étouffent. Ce que nous savons & comment nous le savons doit prendre racines dans la chair – toute la chair, pas uniquement un cerveau dans un bocal de formaldéhyde. Le savoir que nous désirons n’est ni utilitaire ni « pur », mais festif. Le reste n’est qu’une totentanz (****) d’informations-fantômes, un appel aux goules des médias, un Culte Cargo de l’épistémologie du Capitalisme en-Retard (*****).

 Si je pouvais fuir cette mauvaise humeur, je le ferais & vous emmènerais avec moi. Ce dont nous avons besoin c’est d’un plan. Une évasion ? Un tunnel ? Un flingue de savon, une cuillère aiguisée, une lime dans un gâteau ? Une nouvelle religion ?

 Laissez-moi être votre évêque itinérant. Nous jouerons avec le silence & nous le ferons nôtre. Dès que le printemps sera là. Une pierre dans le courant, contournant ses turbulences. Visualisez-le : moussu, humide, verdâtre comme un morceau de cuivre oxydé frappé par la foudre. Un gros crapaud telle une émeraude vivante, comme une nuit de Walpurgis. La force du bios (******), comme celle de l’arc ou de la lyre, réside dans la réflexion.

 Hakim Bey, extrait d’Immédiatisme. Traduction française et notes par Spartakus FreeMann au nadir de Libertalia, août 2011 e.v.

 Notes :

 (*) « Héraclite appelait jeux d’enfant les pensées des hommes » Fragments 70.

 (**) Virtu est un mot tiré de l’italien – lui-même dérivé du latin virtus, excellence, vertu – et qui sert à désigner « l’amour des beaux arts », mais au sens premier la qualité intrinsèque de la chose.

 (***) Bey forge un barbarisme, dadata, formé à partir de deux mots : dada et data. Il signifie par là le côté ludique, artistique, hors normes des données, de la connaissance. Un autre barbarisme commodata forgé à partir de : commodity, marchandise, et data, donnée. Ce terme dépeint la donnée marchandise, la donnée travail.

 (****) Totentanz mot d’origine allemande signifiant une danse macabre.

 (*****) « Late Capitalism » est un terme forgé par les marxistes afin de définir le capitalisme post-seconde guerre mondiale. Bey fait un jeu de mot « too-Late Capitalism » qu’il est impossible de rendre justement en français.

(******) De l’organique.

Wassily Kandinsky, Composition VI, 1913.

Articles liés

Tags

Partagez cet article

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :