Publicité

5 Oct, 2008 par

Publicité

Ce que ceci vous raconte n’est pas de la prose. Il peut être affiché, mais reste vivant & existant. Il ne veut pas vous séduire, à moins que vous ne soyez extrêmement jeune & bien foutu(e) (envoyez-nous une photo récente).

Hakim Bey vit dans un hôtel chinois malfamé où le propriétaire épingle partout des journaux & des publicités pour l’Opéra de Pékin. Le ventilateur du plafond tourne en une danse derviche lascive – la sueur coule sur les pages – le caftan du poète élimé, répandant de la poussière sur la couverture – son monologue semble décousu & légèrement sinistre – derrière les fenêtres fermées, le barrio (Quartier Latin) se transforme en un lieu de palmiers, d’océan bleu… la philosophie du tropicalisme.

Le long de l’autoroute, quelque part à l’est de Baltimore, vous arrivez à un camping-car avec un énorme logo sur la pelouse « LECTURES SPIRITUELLES » & l’image crue d’une main noire sur un fond rouge. À l’intérieur vous remarquez une disposition de livres de rêves, d’innombrables livres, des pamphlets sur le HooDoo & la Santeria, de vieux magazines poussiéreux sur le nudisme, une pile de « Boy’s Life », des traités sur les combats de coqs & ce livre, Chaos. Tels des mots parlés en un rêve, présages, divinatoires, évanescents, se transformant en parfums, oiseaux & couleurs, de la musique oubliée…

Ce livre se distancie de lui-même par une impassibilité de surface, presque une vitrosité. Il n’agite pas la queue & il n’aboie pas, mais il mord & bouffe les meubles. Il n’a pas d’ISBN & il ne désire pas que vous soyez un disciple, mais il se pourrait qu’il kidnappe vos enfants.

Ce livre est nerveux comme du café ou la malaria – il dispose un réseau de courts-circuits & de blancs de sécurité entre lui & ses lecteurs – mais il est si manifeste & littéral qu’il s’encode pratiquement lui-même en une stupeur.

Un masque, une auto-mythologie, une carte sans territoire – rigide comme une peinture égyptienne – pourtant, ce livre parvient à caresser un visage & se retrouve soudain dehors dans la rue, dans un corps, habillé de lumière, marchant, éveillé, presque satisfait.

Hakim Bey, New York, 1er mai – 4 juillet 1984. Traduction par Spartakus FreeMann 2008.

Marcel Duchamp, Nu descendant un Escalier, No.2, 1912.

Articles liés

Tags

Partagez cet article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :